jeudi 8 mars 2012

Pierre Tornade

Obélix reste sans voix.

1 commentaire:

  1. Certaine de le trouver chez toi !
    Bises et bravo, Jean-Michel.

    RépondreSupprimer